Prières à Marie

prières à Marie

MARIE DES VA-NU-PIEDS
(Anonyme)
 
Il est midi, Mère !
Je viens te rencontrer.
Je ne sais pas toujours prier mais, je suis là, à te regarder.
 
Tu es la mère des va-nu-pieds, de ces enfants abandonnés.
Notre-Dame de nos errances, Notre Mère de l’Espérance,
Tu es là, dans notre quotidien, dans ces tâches monotones
Qu’il nous faut accomplir chaque jour,
Ces mille choses qui nous attendent sans parfois en trouver le sens.
 
Tu es là, dans nos heures de souffrances,
Quand la nuit se fait longue et l’absence pesante ;
Quand le cœur se fait lourd d’attente, de soucis, d’avenir incertain ;
Quand la peur nous terrasse, toi, Marie, au pied de nos croix,
Tu es là, près de nous.
Et ton « oui » devient nôtre, notre quotidien trouve sens
Et prend sa source en Lui, Christ Ressuscité !
 
 
MERE DE DOUCEUR
(Anonyme)
 
Mère de douceur et de tendresse, dans ma confiance d’enfant
Je viens te contempler avec les yeux de mon corps, avec les yeux de ma foi,
Car ce sont eux qui me font te rejoindre.
 
Mère de douceur et de tendresse, tu portes ton enfant avec amour :
Ainsi tu me portes aussi, car je suis un de tes enfants ;
Mère de douceur et de tendresse, tu montres au monde ton enfant :
A moi aussi, tu demandes de le montrer aux autres.
 
Mère de douceur et de tendresse, je veux rejoindre par ma prière
Tous ceux qui prennent le temps de te contempler.
Tendre mère, que ta maternelle protection nous envahisse ;
Que tes tendres gestes nous aident à nous montrer tendres
Envers tous ceux que nous rencontrons.
  
 
A LA MERE DE DIEU
(Grégoire de Narek)
 
Je me tourne vers toi, Sainte mère de Dieu,
Accueille cette prière et présente-la à Dieu.
Sois mon avocate, demande, supplie.
Je crois au bon accueil qui est fait à ta parole.
Il en sera ainsi, Mère du Seigneur,
Si dans ma recherche incertaine tu m’accueilles,
O toi, toute disponible ;
Si dans mon agitation, tu me tranquillises,
O toi qui es repos ;
Si le trouble de mes passions, tu le changes en paix,
O pacificatrice ;
Si mes amertumes, tu les adoucis,
O toi qui es douceur ;
Si mes impuretés, tu les enlèves,
O toi qui as surmonté toute corruption ;
Si mes sanglots, d’un seul coup tu les arrêtes,
O allégresse.
Je te le demande, Mère du très haut Seigneur Jésus.
 
 
TU ES BENIE
(Une carmélite)
 
Humble présence, Arche d’alliance, Splendeur du ciel,
Toi, toute pure, sois notre Mère !
 
Sourire qui apaise les affligés, Mère de grâce et de tendresse,
De ta douceur viens réchauffer les corps courbés sous leur poids de détresse.
Fontaine d’innocence où chante la vie, partage-nous de cette eau pure
Que tu reçois de l’infini, dont la mesure est d’aimer sans mesure.
 
Accueille dans le silence notre amour pour le conduire vers la Source.
Là où la Parole vient au jour pour nous saisir d’une force si douce.
O Mère du Bel Amour, tu nous as donné dans le secret l’ardente flamme
Qui de ce monde est le foyer : tu es bénie entre toutes les femmes !
 

A TOI, MARIE

(Daniel Rondeau)
 
Tu es l’Eve timide à qui l’ange a parlé,
Il se tenait à genoux et toi aussi, Marie.
Le ciel frissonnait quand il l’annonçait.
Heureux les seins que Jésus a têtés.
 
Tu es la rêveuse de Cana qui réclamait du vin,
Et la source rouge a jailli,
Le fruit de la vigne depuis est resté dans ta main,
Promesse et souvenir tenus,
Mère de la chair et du sang.
Tu es la femme au pied de la croix,
La couronnée d’épines et de peines, d’épis mûrs aussi, d’ailes tendues.
Celle qui n’oublie pas la mère de Judas.
Tu es la statue, celle où je pose mon front, mon espérance en décrue
Et l’aveu de mon chapelet
Sainte Marie.
 
MERE DES HOMMES ET DES PEUPLES
(Jean-Paul II)
Mère des hommes et des peuples,
Toi qui connais leurs souffrances et leurs espoirs,
Qui ressens d’une façon  maternelle leurs luttes entre le bien et le mal,
Entre la lumière et les ténèbres,
Ecoute notre prière,
Viens au secours de tes enfants dans l’épreuve.
 
LA VIERGE A MIDI
(Paul Claudel)
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.
Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour te regarder,
Te regarder, savoir que je suis ton fils et que tu es là.
Etre avec toi, Marie, en ce lieu où tu es ;
Ne rien dire, regarder ton visage,
Laisser le cœur chanter dans son propre langage.
Seulement chanter parce qu’on a le cœur trop plein….
Parce que tu es là pour toujours, simplement parce que tu es Marie,
Simplement parce que tu existes,
Mère de Jésus-Christ, sois remerciée.
 
MARIE, JE TE REGARDE ET TE DIS MERCI
(André Sève)
 
Marie je te regarde et je te dis merci.
Merci d’avoir porté Jésus et de l’avoir mis au monde, élevé,
Et d’avoir accepté sa mort pour nous.
 
Marie, je te regarde et je t’admire.
J’admire ta foi, ton silence méditatif,
Ta manière de faire exactement ce que le Seigneur attendait de toi.
 
Marie, je te regarde et je te prie de m’aider à bien comprendre Jésus,
A entendre ses appels, à aller jusqu’au bout de ce qu’il me demande.
 
 
MARIE
(Charles Péguy)
A celle qui est infiniment jeune parce qu’aussi elle est infiniment mère
A celle qui est infiniment droite parce qu’aussi elle est infiniment penchée
A celle qui est infiniment joyeuse parce qu’aussi elle est infiniment douloureuse
A celle qui est infiniment touchante parce qu’aussi elle est infiniment touchée
A celle qui est infiniment céleste parce qu’aussi elle est infiniment terrestre
A celle qui est infiniment éternelle parce qu’aussi elle est infiniment temporelle
A celle qui est Marie
A celle qui est la plus près de Dieu parce qu’elle est la plus près des hommes.
 
 
MARIE AU PIED DE LA CROIX
(Véronique Margron)
 
Marie, prends-nous en pitié dans nos heures de deuil et de tristesse.
Garde-nous sous ton manteau de tendresse quand nos vies s’échouent dans le désespoir, quand le cri ne peut plus surgir de nos nuits.
Prends-nous à tes côtés, toi qui te tiens au pied de ton Fils,
Transfigurée par l’amour offert jusqu’au bout par ton enfant.
Que cette affection nous prenne nous aussi qui sommes au pied de la croix.
Que nos yeux voient de l’intérieur la puissance de la faiblesse de l’amour.
Nous ne pouvons effacer nos heures de drames.
Mais que la passion de ton Fils, ton amour obstinément confiant,
Nous  enveloppent d’une confiance renouvelée.
 
 

 
 
VIERGE  SAINTE
(Abbé Perreyve)
  
Vierge Sainte,
Au milieu de vos jours glorieux,
N’oubliez pas les tristesses de la terre ;
Jetez un regard de bonté sur ceux qui sont dans la souffrance,
Qui luttent contre les difficultés
Et qui ne cessent de tremper leurs lèvres
Aux amertumes de cette vie.
 
Ayez pitié de ceux qui s’aimaient
Et qui ont été séparés.
Ayez pitié de l’isolement du cœur
Ayez pitié de la faiblesse de notre foi
Ayez pitié des objets de notre tendresse
Ayez pitié de ceux qui pleurent,
De ceux qui prient,
De ceux qui tremblent.
 
Donnez à tous l’Espérance et la Paix
 
Ainsi soit-il .
 

SALVE REGINA
 
Nous te saluons, Reine, Mère de miséricorde,
Notre vie, notre douceur et notre espoir, nous te saluons.
Enfants d’Eve, nous crions vers toi dans notre exil.
Vers toi, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Toi, notre avocate, tourne vers nous tes yeux de miséricorde.
Et après l’exil de cette vie, montre-nous Jésus,
Le fruit béni de ton amour.
O mère clémente, mère très bonne, mère très douce, Vierge Marie

SIMPLE PRIERE

(Anonyme)
Sous ta protection, nous cherchons refuge, sainte Mère de Dieu.
Ne refuse pas nos prières dans nos besoins mais sauve-nous de tout danger,
Vierge glorieuse et bénie.

O Marie



MARIE REFUGE

Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve,
Mais de tous les dangers délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse, Vierge bienheureuse.


O, MERE CONSOLATRICE
(Jean-Paul II)

Toi qui connaît nos douleurs et nos peines,
Toi qui a souffert de Bethléem au calvaire,
Console tous ceux qui souffrent dans leurs corps et dans leur âme.
Tous ceux qui sont dans la dispersion et le découragement,
Tous ceux qui ressentent un ardent besoin d’aimer et de donner.
O Mère consolatrice, console nous tous,
Aide-nous à comprendre que le secret du bonheur
Est dans la fidélité et la bonté de ton fils Jésus.
Nous te rendons gloire et nous t’offrons des actions de grâces
Maintenant et toujours.


NOTRE DAME DE LA VIE

Notre Dame de la Vie, merci.
Tu nous accompagnes, jour après jour.
Soutiens-nous dans notre foi, dans notre espérance
Et dans notre amour.

Notre Dame de la Vie, tu as donné la vie à Jésus.
Il est notre sauveur.
Protège nous et soutiens nos familles.

Notre Dame de la Vie, prie pour nous.
Veille sur notre monde,
Apprends-nous la confiance et le courage
La disponibilité et le service.


PRIERE A MARIE
(Maximilien Kolbe)
Immaculée, Reine du ciel et de la terre
Refuge des pécheurs et Mère très aimante
A qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la miséricorde
Me voici à tes pieds, moi, pauvre pécheur.
Je t’en supplie, accepte mon être tout entier
Comme ton bien et ta propriété
Agis en moi selon ta volonté
En mon âme et en mon corps
En toute ma vie, ma mort et mon éternité.


L’ANGELUS
(Prière traditionnelle)
L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
Et elle conçut du Saint Esprit.
Voici la servante du Seigneur
Qu’il me soit fait selon ta parole.
Et le verbe s’est fait chair,
Et il a habité parmi nous.
Priez pour nous sainte mère de Dieu
Pour que nous soyons dignes des promesses
De notre Seigneur Jésus-Christ.

PRIERE A MARIE
(St Bernard)
Marie, en te suivant, on ne dévie pas.
En te priant, on ne désespère pas.
En pensant à toi, on ne se trompe pas.
Si elle te tient par la main, tu ne tomberas pas
Si elle te guide, tu ne connaîtras pas la fatigue
Si elle est avec toi, tu es sûre d’arriver au but.

PRIERE A MARIE
(Jean Debruyne)

Entre les femmes tu es bénie,
Marie douce et Marie tendre, ne te fais pas trop attendre.
Marie d’attente, Marie d’accueil,
Tiens-nous de guet sur notre seuil
Marie silence et Marie sans bruit,
Donne aux tendresses un goût garanti
Marie des rues, Marie des places
Retiens pour nous le temps qui passe
Marie minuit, Marie midi,
Fais –nous entendre ce que tu dis
Marie des pauvres et des apôtres,
Donne-nous des mots pour écouter l’autre
Marie des simples et des petits
Donne à nos joies de l’appétit
Marie de chair et Marie d’esprit
Entre les femmes, tu es bénie.

DANS LE CREUX…….
(Anonyme)

Marie, tu t’es montrée à Bernadette dans le creux du rocher.
Dans le froid et l’ombre de l’hiver,
Tu apportais la chaleur d’une présence, la lumière et la beauté.
Dans le creux de nos vies obscures,
Au creux du monde où le mal est puissant,
Apporte l’espérance, redonne la confiance !
Toi qui es l’Immaculée Conception,
Viens en aide aux pécheurs que nous sommes.
Apprends-nous à prier pour tous les hommes.

MARIE, NOTRE MERE
(Prêtre de Brazzaville)

Marie, à tes côtés, toute angoisse s’évanouit,
Toute crainte s’évapore car tu es la mère de la confiance
Auprès de qui nous pouvons nous reposer en toute sureté.
Devant ce monde en ébullition, tu es, Marie, le calme de la sérénité
Devant la désorientation des esprits.
Mère du bel amour, modèle de gratuité,
Puissent les rayons de bonté qui sortent de tes douces mains
Redonner à la terre déchirée un regard d’amour fraternel
Et un nouveau souffle d’espérance.

PRIERE A MARIE
(St Bernard)
En la suivant, on ne dévie pas.
En la priant, on ne désespère pas.
En pensant à elle, on ne se trompe pas.

Si elle te tient par la main, tu ne tomberas pas.
Si elle te protège, tu ne craindras pas.
Si elle est avec toi, tu es sûr d'arriver au but.

Marie est cette noble étoile dont les rayons illuminent le monde entier, dont la splendeur brille dans les cieux et pénètre les enfers.
Elle illumine le monde et échauffe les âmes.
Elle enflamme les vertus et consume les vices.
Elle brille par ses mérites et éclaire par ses exemples.

Ô toi qui te vois ballotté au milieu des tempêtes, ne détourne pas les yeux de l'éclat de cet astre si tu ne veux pas sombrer.
Si les vents de la tentation s'élèvent, si tu rencontres les récifs des tribulations, regarde l'étoile, invoque Marie.
Si tu es submergé par l'orgueil, l'ambition, le dénigrement et la jalousie, regarde l'étoile, crie Marie.
Si la colère, l'avarice ou les fantasmes de la chair secouent le navire de ton esprit, regarde Marie.

Si, accablé par l'énormité de tes crimes, confus de la laideur de ta conscience, effrayé par l'horreur du jugement, tu commences à t'enfoncer dans le gouffre de la tristesse, dans l'abîme du désespoir, pense à Marie.

Que son nom ne quitte pas tes lèvres, qu'il ne quitte pas ton coeur et pour obtenir la faveur de ses prières, n'oublie pas les exemples de sa vie.
Saint Bernard


MARIE
(JEAN-PAUL HOCH)
Quand vient pour nous
l'heure de la décision
Marie de l'Annonciation,
aide-nous à dire "oui".

Quand vient pour nous
l'heure du départ,
Marie d'Égypte,
épouse de Joseph,
allume en nous l'espérance.

Quand vient pour nous l'heure
de l'incompréhension,
Marie de Jérusalem,
creuse en nous la patience.

Quand vient pour nous l'heure
de l'intervention,
Marie de Cana,
donne-nous le courage
de l'humble parole.

Quand vient pour nous l'heure
de la souffrance,
Marie du Golgotha,
fais-nous rester aux pieds de ceux
en qui souffre ton Fils.

Quand vient pour nous l'heure
de l'attente,
Marie du Cénacle,
inspire-nous notre commune prière.

Et chaque jour, quand sonne pour
nous l'heure joyeuse du service,
Marie de Nazareth,
Marie des monts de Juda,
mets en nous ton c?ur
de servante.

Jusqu'au dernier jour où,
prenant ta main,
Marie de l'Assomption,
nous nous endormirons,
dans l'attente du jour de notre résurrection.

SOUVENEZ – VOUS
 
Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie,
Qu’on n’a jamais entendu dire
 Qu’aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
Imploré votre assistance, réclamé votre secours,
Ait été abandonné.
Animé d’une pareille confiance, ô vierge des vierges, ô ma mère,
Je cours vers vous et gémissant sous le poids de mes péchés,
Je me prosterne à vos pieds.
O mère du Verbe, ne dédaignez pas mes prières, mais accueillez les f
Favorablement et daignez les exaucer.
Amen.
 
 
MAGNIFICAT
(Luc 1, 46-55)
 
Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante,
Désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël, son serviteur, il se souvient de son amour,
De la promesse faite à nos pères,
En faveur d’Abraham et de sa race à jamais.